La crise continue…

Bonjour à tous.

On le sait depuis maintenant quelques années, la Grèce est en crise. Il y a une question que je me pose depuis un moment, lorsque l’on connait le niveau de vie des grecs et leurs salaires, clairement ce n’est pas dans leurs poches que l’argent de l’Etat finissait.

Pourtant aujourd’hui, c’est eux qui payent les pots cassés.

Y vivant, je peux constater la grogne du pays, vis à vis de son propre gouvernement et vis à vis de l’Europe qui ne les soutient pas.

 

Photo : Angela Merkel et Papandreou au festival de Patras 2011, se gavant sur le dos des grecs.

Dernièrement, nombre de lois injustes ont vu le jour, dont une surtout, donnant tous les droits aux patrons d’entreprises privées.

Ainsi, en plus du secteur public, considéré comme « bien rémunéré » jusque là, le secteur privé, où les salariés sont déjà payés au lance-pierre, coupe parfois de moitié les salaires.

Il faut savoir que le coût de la vie Athénien est quasi le même qu’à Paris, parfois même supérieur sur certain produit (on ne m’avait jamais dit qu’un gel douche pouvait couter si cher).

Donc la grogne faisait déjà rage depuis des années, et la mobilisation est loin de s’essoufler

 

 

Photo : Affiche dans Athènes.

Ce matin, arrivée au travail, je trouve ma collègue très en colère. Et en prenant des nouvelles, j’ai appris ce qui la rendait si furieuse et qui moi, me fait bondir également.

Comme en France, un salarié qui travaille côtise aussi pour sa couverture maladie. Bénéficier de « Ika » (que j’ai aussi, mais du coup pour rien) permet d’aller chez le médecin ou à la pharmacie sans avancer l’argent. Si nous, nous avançons en France pour le médecin, nous n’avançons rien à la pharmacie non plus, la plupart du temps.

Seulement voilà. La caisse Ika ne paye plus les médecins et les pharmacies. En raison de cela, les assurés désormais doivent payer les frais médicaux. Tous. Médecins, médicaments, hôpitaux…

Ils côtisent chaque mois, sur leur maigre salaire, pour un service dont au final, ils ne peuvent plus bénéficier. Et doivent payer les frais médicaux de leur poche. Car il ne faut pas rêver, Ika ne les rembourse pas.

Et l’Europe veut encore enfoncer le clou. Je comprends qu’ici, ils en aient assez, de devoir passer pour les moutons noirs. Assez que les gouvernements se « gavent » sur leur dos. Comme je les comprends.

Et pourtant, malgré la mobilisation, les manifestations, rien ne bouge d’un pouce. Triste monde.

 

 

Photo: Les grecs au carnaval de Patras.

 

Photo : manifestation à Athènes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>